lundi 19 novembre 2018

La région de Fatick règne en simple traditionnelle. La 18e édition du championnat national doté du drapeau du Chef de l’Etat, une opportunité de plus de confirmer cette tendance.

Sur la piste du stade municipal de Tambacounda, le coach Baffa Gueye a manifesté sa joie de voir ses consignes respectées avec à la clé une large victoire sur Kaolack (4-1). Seul Amadou Dia a mordu la poussière devant Ngor Niakhe (66kg). C’est leur cinquième sacre après les éditions de 2011, 2013, 2015 et 2016. La région de Dakar a sauvé l’honneur en remportant la troisième place, 3-2 contre Kédougou.

Les Fatickois ont aussi raflé trois des cinq trophées en jeu durant les compétitions individuelles. Assane Diop (Tamba) et Ngor Niakhe (Kaolack) ont perturbé la hiérarchie en catégories de 100 et 66kg.

 

Résultats : - Compétition par équipes : 1er : Fatick ; 2ème : Kaolack ; 3ème : Dakar. – Compétitions individuelles : Catégorie 66kg : 1er : Ngor Niakhe (Kaolack) ; 2ème : Moussa Faye (Thiès) ; 3ème : Jean Diédhiou (Ziguinchor). Catégorie 76kg : 1er : Omar Diouané (Fatick) ; 2ème : Ferdinand Sambou (Ziguinchor) ; 3ème : Yamouhamed Sathe (Saint-Louis). Catégorie 86kg : 1er : Cheikh Tidiane Niang (Fatick) ; 2ème : Lamine Diagne (Kaolack) ; 3ème : Mouhamed Ndiaye (Sédhiou). Catégorie 100kg : 1er : Assane Diop (Tamba) ; 2ème : Mamadou Thiam (Dakar) ; 3ème : Mouhamadou Moustapha Sène (Thiès). Catégorie 120kg : 1er : Fodé Sarr (Fatick) ; 2ème : Abdoulaye Ndoye (Thiès) ; 3ème : Mouhamed Bousso (Diourbel).

 

 

 

La 18e édition du championnat national de lutte simple doté du drapeau du Chef de l’Etat a démarré ce vendredi 30 juin, au stade municipal de Tambacounda, par les compétitions par équipes. La région de Fatick, détentrice du sacre et composée d’un puissant 5 majeur : Amadou Dia (66kg), Oumar Diouané (76kg), Cheikh Niang (86kg), Modou Faye (100kg) et Fodé Sarr (120kg), a pris le dessus sur ses adversaires de la poule A – cinq à zéro contre Sédhiou et Ziguinchor – avant de sortir Dakar (4-1) en demi-finale.

La région de Kaolack, avec Ngor Niakhe, Babacar Diallo, Lamine Diagne, Mamadou Gaskel et Abdou Faye, a battu Saint-Louis, Tambacounda et Diourbel dans la poule D pour ensuite éliminer Kédougou en demi-finale (4-1). La petite finale opposera donc cette région à Dakar.

La compétition en individuel démarre ce samedi 1er juillet. Dans la matinée, le CNG a disqualifié la région de Louga. Quatre des cinq lutteurs ayant été pris par les mailles du règlement. Comme promis, l’équipe d’Alioune Sarr n’a toléré aucun surpoids ni licence non conforme.

Dans la dernière ligne droite de la préparation de son combat contre Lac 2, prévu le 16 juillet prochain, Modou Lô qui était aux Etats-Unis, est rentré au bercail pour les besoins de leur face-à-face du 1er juillet 2017 à Mbao.

Invité hier de l’émission «Bantamba» de la 2STv, le roc des Parcelles Assainies a eu un discours rassurant. Rien ne peut l’ébranler, jure-t-il. Même pas la nouvelle dimension de son prochain adversaire, Lac 2, qui a recruté des spécialistes des sports de combat pour améliorer sa technique.

Modou Lô s’est même permis de jeter une pierre dans le jardin de Lac 2. «La lutte à ses réalité. Une fois dans l’enceinte, toutes ces techniques vont disparaître, parce que lorsqu’on reçoit un coup, on risque d’oublier tout ce qu’on a appris», dit le chef de file de Rock Energie.

Modou Lô informe, par ailleurs, qu’il poursuit toujours sa préparation pour ce duel capital. Il est convaincu que cette fois-ci, il va forcément terrasser Lac 2. Pour ce combat de clarification, Xaragne Lô ne veut rien laisser en rade. A l’entendre parler, Lac 2 doit s’attendre à tout. Le combat qui est monté par Pape Abdou Fall a été régularisé pour le 16 juillet au stade Demba Diop. Mais, avant le corps-à-corps, les deux mastodontes s’affronteront dans un duel verbal, samedi prochain.



Le combat entre le roi des arènes Bombardier et Eumeu Sène risque de ne jamais se tenir. Annoncé depuis longtemps, le combat de lutte n'a toujours pas été ficelé. Une situation qui exaspère le lutteur de Mbour. De ce fait, il a fini par donner un ultimatum au promoteur Assane Ndiaye. Il lui donne jusqu'à la fin du ramadan pour officialiser le combat sans quoi il se désengagera de tout. Puisqu'il n'a reçu qu'une avance depuis le mois de septembre dernier. De son côté, Assane Ndiaye explique ce retard par la non réaction des sponsors.

Contact rédaction

Tél: 77 468 81 99 / 76 225 07 01
lejournaldedakar@gmail.com