samedi 23 mars 2019

Au lendemain de sa victoire sur Yékini Junior, Tapha Tine a reçu la presse à l’école de la Médine où il s’entraine. En compagnie de son coach, et de quelques membres de son staff, le Géant du Baol est revenu sur son combat. Malgré la fatigue et le manque de sommeil qui se lisait son visage, il veut redescendre dans l’arène avant la fin de saison.

Tapha Tine au lendemain de votre victoire sur Yékini Junior, comment vous vous sentez ?

Je rends grâce au bon Dieu. Je remercie mes parents, amis et proches. Zale Lô et Mbaye Diouf mention spéciale à eux. Je suis très content de ce succès. J’encourage mon adversaire qui n’a pas démérité. C’est un champion et il lui reste beaucoup de chemin. Il va redoubler d’efforts et revenir en force.

Pouvez-vous revenir sur le déroulement du combat ?

C’était un combat que je ne devais pas perdre. Tout Baol était derrière moi. J’ai eu leur soutien sur tous les plans. J’ai travaillé dur et ce n’était pas facile pour Yékini Junior de me déstabiliser. J’étais très zen. On lui avait dit de se bagarrer avec moi pour tenter de me tromper. Mais malheureusement pour lui, je m’étais préparé à cela. Raison pour laquelle, ses tentatives sont restées vaines.

Avec cette victoire, on peut dire que Tapha Tine est revenu dans le cercle des Vip…

La lutte est ainsi faite. Un succès te hisse au sommet et une défaite te fait sombrer. Mais je n’ai jamais été dans les sacs. Je reste le Tapha Tine hargneux, dur et déterminé à plier tous les lutteurs qui croiseront mon chemin. Et d’ailleurs je n’ai jamais voulu de l’appellation Vip. C’est le nom d’une boisson (rires). Dans l’arène sénégalaise, aucun lutteur ne peut refuser notre combat. Celui que l’on dit roi des arènes (Bombardier) n’est pas mon roi. Je l’ai très bien corrigé. Je n’ai jamais quitté ce cercle.

 

Votre ancien coach Omez a fait état de votre poids qui dit-il n’était pas bon. Qu’en pensez-vous ?

Je suis jeune et je m’entraine. En plus, j’ai une bonne alimentation. Au besoin, je peux diminuer mon poids. Mes proches qui me voyaient tous les jours savaient que le poids que j’ai est bon. Je suis un lutteur dont ses chutes sont toujours spectaculaires. Daan bima daan Yékini Junior dou gawa amaat si lamb ji.

 

Votre adversaire avait le soutien des lutteurs comme Modou Lo et Papa Sow. Quel commentaire vous en faites ?

Le soutien des lutteurs Parcellois m’a galvanisé. Je n’ai même pas terminé la vidéo. J’étais dans tous mes états et j’ai juré que Yékini Junior n’allait pas me battre. J’ai compris leur jeu, ils voulaient une barrière pour éviter notre combat dans le futur. Mais qu’ils sachent que je suis bien entouré sur tous les plans et je leur ferai la peau au moment venu. Je conseille à Yékini Junior d’être reconnaissant en les aidant dans leurs combats comme ils l’ont fait pour lui.

 
Avant le coup de sifflet de votre combat, Garga Mbossé et Amanékh vous ont défié ouvertement…

(Il coupe) Je ne vais pas parler de ça. Ils ont le droit de défier qui ils veulent. Koussi ligueye rekk nala dieul…

 

Quels sont vos adversaires potentiels ?

Je ne citerai aucun nom. Mais je vous dis que je suis prêt à redescendre dans l’arène d’ici la fin de saison pour clôturer en beauté. Je n’épargne que mes parents Baol Baol. Tout ce que je peux dire, c’est que de mon côté, les négociations iront très vite. Et pour les lutteurs Bombardier / Eumeu Séne avec leur combat incertain. C’est ce combat qu’on doit annuler. Aujourd’hui c’est mardi, je donne mon accord pour affronter Bombardier ou Eumeu Sène.

 

Etes-vous prêt à nouer mon ‘’nguimb’’ pour faire face à B52 ?

C’est lui qui doit vouloir le combat. Soumako diapéi lamb ji diekh… Je l’arracherai avant de le mettre à terre.

Leewtoo.com

 

 

Tags:

Contact rédaction

Tél: 77 468 81 99 / 76 225 07 01
lejournaldedakar@gmail.com