vendredi 18 janvier 2019

Dakar à l'heure américaine. Pour la troisième année consécutive, Golden State et Cleveland retrouvent pour la première fois de la saison le jour de Noël. Joli cadeau pour les férus de basket dans le monde qui vont regarder le match à la télévision, notamment au Sénégal où les deux meilleures franchises de la NBA comptent de nombreux supporters.

L'opposition entre les Golden State Warriors, champions en titre, et les Cleveland Cavaliers, battus en finale la saison dernière, à l'occasion de la journée de Noël, fait office de référence depuis deux ans et vivra, aujourd'hui, son troisième épisode à l'Oracle Arena d'Oakland. Les deux franchises mettent un point d'honneur à se livrer sans retenue le 25 décembre, pour ce qui constitue leurs premières retrouvailles après les intenses débats de juin.

Côté marketing, ce match de Noël semble être devenu une évidence pour la Ligue, qui espère réaliser un carton d'audience dans le monde entier. Les deux précédents chocs avaient allègrement dépassé les 10 millions de télé¬spectateurs aux États-Unis, avec un record en 2016...

 Pape Amadou Sow

Tags:

Le basketteur international sénégalais Gorgui Sy Dieng ne sait toujours pas où donner de la tête pour rentrer dans ses fonds. Cinq jours après avoir rendu public un communiqué dans lequel il dénonçait le dilatoire qui lui était servi, trois mois après le dernier délai qui lui avait été fixé, les deux structures concernées par l’affaire font la politique de l’autruche. Quand la Fédération sénégalaise de basket renvoie la balle à la tutelle (le ministère des Sports), celle-ci refuse de se mouiller, au moment où les agents signataires de la reconnaissance de dette s’emmurent dans le silence, attendant d’éventuelles sanctions qui pendent sur leurs têtes.

L’affaire Gorgui Sy Dieng risque de causer un vrai malaise entre la Fédération sénégalaise de basketball et la tutelle, le ministère des Sports. Alors que les représentants des deux parties ont signé une reconnaissance de dette à l’international sénégalais Gorgui Sy Dieng, ce dernier peine toujours à être remboursé, trois mois après le délai qui lui avait été fixé.

Le problème, c’est qu’au sein des deux instances, l’on se lave de tout soupçon, chacune dégageant ses responsabilités dans une affaire signée par leurs agents. Aujourd’hui, ni la fédé ni le ministère des Sports ne se sentent concernés. L’omerta règne à l’évocation de la patate chaude. A la fédération, sous le couvert de l’anonymat, l’on se cache derrière le fait que «c’est le ministère qui s’occupe toujours des primes et autres questions financières concernant la prise en charge pour les compétitions internationales».

Quid du délégué fédéral, Mandogal Camara, qui a contresigné le document ? «Il l’a fait en qualité de témoin, puisque c’est le ministère qui s’occupe des dépenses», souffle-t-on pour le dédouaner.

Du côté du ministère, toute communication officielle est refusée sur la question. Le signataire, Thieyacine Diagne, serait alité et hors de Dakar. Son supérieur hiérarchique, Amadou Tidiane Fall, Directeur de l’administration générale et de l’équipement (Dage), n’a pas répondu à nos sollicitations. Dans les coulisses, on veut pourtant faire porter le chapeau aux deux agents du Dage, qui se sont ainsi engagés à travers la reconnaissance de dette.

Interrogé, un cadre du ministère refuse que le département soit indexé. «Dans le document, on constate que Thieyacine Diagne a signé pour ordre (une apposition qui permet de signer un document, en indiquant que la personne qui l'a signé n'est pas la personne qui a normalement le pouvoir de signature, mais qu’elle a signé sur ordre de la personne ayant ledit pouvoir), argumente-t-il. Cela veut dire que le document a alors la valeur d'un document signé par la personne ayant le pouvoir de signature, en l’occurrence le Dage, pour cette fois-ci. Le ministère ne peut être tenu pour responsable dans cette affaire. De toute façon, ceux qui ont signé s’expliqueront et à la suite de cela, s’il y a lieu d’aviser, les responsables le feront.»

Dans un entretien accordé à nos confrères de Stades, Mamadou Keïta, Inspecteur du Trésor, abonde dans le même sens: «Cette dette n’engage même pas le ministre des Sports, parce qu’il est juste l’administrateur de crédit. D’autant plus que sur la décharge, il n’y a pas le sceau de l’État, aucune autorité étatique n’a signé. Le Dage, qui est l’ordonnateur secondaire (de crédit), est nommé par décret. Et là, il avait délégué une autre personne.»

Par ailleurs, selon nos informations, des sanctions risquent de tomber contre ceux qui sont cités dans cette affaire, d’autant plus que le joueur qui réclame plus de 38 millions FCfa, n’exclut pas de porter le dossier devant la justice.

L’Observateur

 

Tags:

Contact rédaction

Tél: 77 468 81 99 / 76 225 07 01
lejournaldedakar@gmail.com