lundi 19 novembre 2018

A peine de retour de blessure, Stephen Curry a écoeuré les Memphis Grizzlies et Marc Gasol, portant les Golden State Warriors à la victoire (141-128) avec 38 points.

Stephen Curry est donc un spécialiste des retours de folie sur le terrain. En mai 2016, c'est lors de son match de reprise, en play-offs, qu'il avait battu le record de points marqués dans une prolongation (en marquant 17 points au cours de ces cinq minutes supplémentaires face à Portland). Absent depuis le 4 décembre (11 matches manqués), Stephen Curry a donc repris samedi soir à domicile, avec les Golden State Warriors face aux Memphis Grizzlies.

Et, bien entendu, il a fait voler en éclat la défense des Grizzlies à lui seul avec 38 points (13 sur 17 au tir soit un hallucinant 77% de réussite), 4 rebonds et 3 passes sans le moindre turnover ! Le plus impressionnant ? Il a réalisé cette performance en étant limité à 26 minutes de jeu, les Warriors souhaitant ménager sa cheville.

Il a donné le tournis à Marc Gasol

Comme d'autres intérieurs avant lui, Marc Gasol a pu aussi goûter à l'effet Curry. Contraint de défendre sur le MVP 2014 et 2015, l'Espagnol a failli perdre l'équilibre et tous ses repères face aux arabesques du meneur des Warriors, qui a fini son œuvre en plantant son 10e panier à trois points de la soirée (à 10 sur 13).

C'est la neuvième fois de sa carrière que Curry marque au moins dix tirs primés dans un même match. Il est loin, très loin devant tous les autres joueurs dans l'histoire de la NBA puisque ses poursuivants Klay Thompson et JR Smith ont atteint à trois reprises la barre des dix paniers à trois points.

La performance de Curry a totalement fait oublier l'exclusion prématurée de Draymond Green, prié de regagner le vestiaire en première mi-temps suite à deux fautes techniques. De même, les 27 points de Gasol (à 10 sur 13) où les 20 points, 9 passes et 5 rebonds de Kevin Durant sont quasiment passés inaperçus tant Curry a subjugué une Oracle Arena en ébullition. 

L'Equipe

L'affrontement entre Houston, meilleure attaque de la NBA et Boston, l'une des meilleures défenses, a tenu toutes ses promesses. Les Celtics se sont imposés 99-98 après avoir été menés toute la soirée. Les Rockets ont compté jusqu'à 26 points d'avance en première mi-temps.

Depuis 20 ans, ils avaient remporté 179 matches sur 179 après avoir mené de 25 points ou plus. Mais le rush de Boston dans le troisième quart a complètement relancé la rencontre, avant une fin de match improbable, marquée par deux fautes offensives de James Harden dans les sept dernières secondes et le panier de la victoire signé Al Horford à moins de quatre secondes du terme, dans une ambiance délirante.

 

Les Warrios ont maîtrisé Cleveland, lundi soir, lors du Christmas Day (99-92). Durant, Green et Thompson ont brillé ensemble.

Plus de six mois après les finales NBA, Golden State et Cleveland se retrouvaient sur le parquet du champion en titre.

Et les Warriors ont de nouveau dominé leurs rivaux après une rencontre accrochée (99-92).

Toujours sans Stephen Curry, les hommes de Steve Kerr se sont reposés sur un trio performant et homogène : Kevin Durant (25 points, 7 rebonds), Draymond Green (triple-double avec 12 points, 12 rebonds et 11 passes décisives) et Klay Thompson (24 points, 7 rebonds).

Philadelphie gâche la fête à New York Brillant en début de rencontre, Thompson s'était un peu éteint dans le deuxième acte mais a resurgi au meilleur moment pour Golden State.

C'est lui qui, après l'égalisation de LeBron James à 92-92 alors qu'il restait deux minutes à jouer, est allé marquer les sept derniers points de sa franchise avec un tir primé (à 4/7 dans l'exercice) et quatre lancers francs réussis.

Kevin Durant, lui, a brillé en défense en cette fin de match en stoppant LeBron James. La star de Cleveland a vécu une rencontre contrastée.

Ses 20 points, six rebonds et six passes décisives constituent un bilan plus qu'honorable mais il est terni par ses sept pertes de balle et son incapacité à peser lors du money-time (il faut aussi souligner qu'il n'a pas vraiment été aidé par l'arbitre).

Kevin Love, meilleur marqueur du match (31 points et aussi 18 rebonds), a brillé. Mais la maladresse collective (31,8% des tirs) n'a pas permis aux Cavaliers de profiter de la grosse soirée de leur ailier fort.

Dakar à l'heure américaine. Pour la troisième année consécutive, Golden State et Cleveland retrouvent pour la première fois de la saison le jour de Noël. Joli cadeau pour les férus de basket dans le monde qui vont regarder le match à la télévision, notamment au Sénégal où les deux meilleures franchises de la NBA comptent de nombreux supporters.

L'opposition entre les Golden State Warriors, champions en titre, et les Cleveland Cavaliers, battus en finale la saison dernière, à l'occasion de la journée de Noël, fait office de référence depuis deux ans et vivra, aujourd'hui, son troisième épisode à l'Oracle Arena d'Oakland. Les deux franchises mettent un point d'honneur à se livrer sans retenue le 25 décembre, pour ce qui constitue leurs premières retrouvailles après les intenses débats de juin.

Côté marketing, ce match de Noël semble être devenu une évidence pour la Ligue, qui espère réaliser un carton d'audience dans le monde entier. Les deux précédents chocs avaient allègrement dépassé les 10 millions de télé¬spectateurs aux États-Unis, avec un record en 2016...

 Pape Amadou Sow

Tags:

Contact rédaction

Tél: 77 468 81 99 / 76 225 07 01
lejournaldedakar@gmail.com