lundi 19 novembre 2018

Accusé d’avoir violé à trois reprises une élève en classe de Ce2, le maçon Serigne Ndao reconnait seulement à avoir frotté son sexe sur celui de la victime avant de jouir. Le tribunal des flagrants délits va trancher le 30 avril prochain.

 Serigne Ndao, maçon de 32 ans demeurant à Wakhinane à Guédiawaye, risque gros. Accusé d’avoir violé à trois reprises A. M, une fillette de 12 ans en classe de Ce2, le mis en cause devrait être jugé hier par le tribunal des flagrants délits de Dakar. Cependant l’absence de la partie civile à l’audience a motivé le renvoi de l’affaire au 30 avril prochain.

De l’accusation, il ressort les faits suivant. Le 2 avril dernier, Kiné Kholle, mère de la victime, a envoyé sa fille vendre des arachides grillées dans les chantiers de Malika où elle habite. L’enfant de 12 ans fait le tour des chantiers. Mais elle tombe dans un guêpier. Quand elle est arrivée aux chantiers où officiait le mis en cause, ce dernier accepte d’acheter des arachides à hauteur de 200 Fcfa. « Au moment de payer, Serigne Ndao m’a dit de le suivre dans la chambre pour prendre son argent. A peine j’ai mis les pieds dans la pièce qu’il l’a verrouillée », a raconté la victime au cours de l’enquête de police au commissariat de Malika. Serigne Ndao entame alors sa sale besogne. « Il m’a embrassée avant d’enlever la culotte. Il sort ainsi son sexe et tente de me pénétrer. Mais il n’y parvient pas parce qu’il a joui avant », a encore confié la fille. Ce que le mis en cause reconnait parfaitement. « J’ai embrassé A. M avant de sortir mon sexe que j’ai posé sur le sien. Mais j’ai immédiatement éjaculé», reconnait Serigne Ndao à la police. Mais la fille sortira de vieux dossiers après que la sage-femme de la maternité de Malika a conclu à « une inflammation au niveau du vagin et une perte ancienne de l’hymen ». A.M enfonce Serigne Ndao qui serait à son troisième coup. « Cela fait trois fois que Serigne Ndao me fait ces choses-là et toujours au même endroit. Pour les deux premières fois, il avait réussi à introduire son sexe dans le mien. Pour acheter mon silence, il me remettait 100 Fcfa », a expliqué la victime. Serigne Ndao n’était pas son premier homme. En effet la fille a été violée par un autre maçon et dans les mêmes conditions aux vacances de 2010. Son cousin du nom de Safou Badiane au l’a aussi violée à plusieurs reprises. Pour l’instant Serigne Ndao nie avoir commis autre forfait que celui qu’il a reconnu.

Le tribunal des flagrants délits de Dakar va juger Serigne Ndao pour viols multiples, attentats à la pudeur sur une mineure de moins de 13 ans.

Pape Fall est dans de beaux draps. Accusé par l’administration douanière d’avoir tenté de faire main basse sur la plus lourde caisse, Djibril Sow risque une condamnation ferme. Malgré ses dénégations

Radié depuis 1992, l’ancien sous-officier de la Douane Sénégalaise Pape Fall risque de payer deux ans de sa vie pour une tentative de vol de numéraires dans les locaux de l’agence du port autonome de Dakar. En tout cas c’est le vœu du procureur de la République qui a requis une telle peine après l’examen du dossier. L’avocat de la société estime que plusieurs éléments du dossier plaident la culpabilité du prévenu. Cependant l’ancien soldat de l’Economie jure qu’il n’a rien à voir avec cette tentative qu’on veut lui coller à la peau. Et si le prévenu en est arrivé là, c’est parce qu’il a tenté de se recycler dans le transit après sa radiation en 1992. Ainsi ils se frottent avec ses anciens collègues du port autonome de Dakar. Le jour des faits le prévenu se serait caché pour ne pas sortir après la descente. Le douanier en garde, l’adjudant Cheikh Ly qui faisait sa ronde de 3 heures du matin a surpris une personne qui sortait des bâtiments du local. Alors l’argent qui était gardé dans le coffre-fort lui vient en tête. Quand il est arrive devant la cache au trésor, il remarque que quelqu’un a tenté de l’ouvrir en vain. Alors il est ressorti pour s’occuper du visiteur inopportun. Quand l’adjudant qui est sorti, le visiteur qui rôdé dans les locaux s’est trouvé être Djiby Sow. Ce dernier qui maitrise le poste de Douane comme sa poche s’est faufilé dans des raccourcis pour sortir par la porte dérobée que ne connaissent que les habitués des lieux. Très futé, Pape Fall, selon Cheikh Ly, s’est emparé de son treillis pour pouvoir sortir sans souci du port. Ce qui lui permet de tromper la vigilance des gendarmes du port. Mais un transport chez permet à la police scientifique qui a hérité du dossier de retrouver le treillis volé et des traces de chaussures identiques à ceux laissés dans les bureaux du poste de Douane. Mais tous ces éléments n’ont pas fait avouer le prévenu. Djiby Sow a soutenu avoir quitté le port vers 18 heures pour se rendre à Fass-Mbao pour ne revenir chez lui qu’à 3 heures du matin. Pour le treillis, il dit l’avoir hérité de son grand-frère douanier décédé en 2005. L’agent judiciaire de l’Etat qui était partie civile n’a pas cru aux dénégations du prévenu. Pour les dommages et intérêts, l’Etat a réclamé le franc symbolique. Le conseil de la défense a plaidé la relaxe pour la simple raison qu’aucune preuve n’étaie la culpabilité de son client. Le tribunal rendra son verdict demain.

 

Trois nouveaux forages et des édicules publics sont prévus pour la cité religieuse et le site de la retraite du «Daaka» de Médina Gounass, en plus d’une unité de potabilisation de l’eau tirée du fleuve. Cela va mettre fin au problème de l’approvisionnement en eau de la cité religieuse et du site de retraire du «Daaka». Le ministre Mansour Faye a procédé à la pose de la première pierre du forage, du réseau d’adduction d’eau ainsi que des bouches d’incendie pour un montant de 200 millions de FCfa.

A la suite de l’incendie du «Daaka» de Médina Gounass, la Sénégalaise des eaux (Sde) a décidé de réaliser un forage dans la cité religieuse. C’est dans ce cadre que le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, accompagné du secrétaire d’Etat, Diène Faye, en charge de l’hydraulique, du directeur général de la Sde, Abdoul Baal, de Mansour Kama, président du conseil d’administration de la Sde, s’est rendu à Médina Gounass, hier. A son arrivée dans la cité religieuse, Mansour Faye a eu un entretien avec Khalife Thierno Amadou Tidiane Bâ. Ce dernier a remercié le président de la République pour la promptitude de sa réaction en vue de régler définitivement les problèmes d’approvisionnement en eau de cette cité religieuse et du site de la retraite. Thierno Amadou Tidiane Bâ a affirmé qu’il corrobore tous ces actions avec la volonté de Dieu. Le chef religieux a prié pour la paix et la concorde après avoir salué les efforts du président de la République envers les foyers religieux. Il a reconnu que sa localité est en train de devenir une véritable mégalopole avec l’affluence des talibés qui viennent de tous les coins du pays et de la sous-région ouest-africaine pour s’installer. Il s’est félicité de la solidarité agissante de tous les fils du pays et de leur compassion après les évènements tragiques.

Le khalife a soutenu que l’eau est la denrée la plus nécessaire pour le musulman et les efforts dans ce sens sont incommensurables, se félicitant que l’acte soit posé en plein mois béni de ramadan. Il a noté que la Sde s’est toujours particularisée lors de la rencontre spirituelle annuelle qui regroupe des milliers de fidèles. Thermo Amadou Tidiane Bâ a prié pour un bon hivernage, le président de la République et tous les musulmans du monde.

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, au cours de son entretien avec le khalife, a annoncé que dans les mesures prises par le chef de l’Etat, Macky Sall, après la survenue de l’incendie du «Daaka» de Médina Gounass, son ministère y occupe une place importante. Et l’engagement de ses directions techniques et de la Sde va permettre de faire jaillir l’eau dans trois mois. Les travaux vont être livrés avant la prochaine retraire prévue au mois de mars 2018. Ces ouvrages seront fonctionnels et mettrons fin au problème d’eau dans cette cité religieuse et le site de la retraite spirituelle, affirme M. Faye.

Une unité de potabilisation sur du fleuve Gambie
La Sde qui va construire un forage connecté à un réseau d’adduction d’eau couplé à des bouches d’incendie pour un coût de plus de 200 millions de FCfa. L’ancien château d’eau dont les équipements ont été la proie des flammes sera réhabilité et la cité religieuses benéficiera d’un nouveau forage qui va augmenter la capacité d’approvisionnement en eau. Le ministre a aussi annoncé que des édicules publics seront construits comme dans les autres foyers religieux du pays.

Mansour Faye a ajouté la mise en place d’une unité de potabilisation qui sera installée sur le fleuve Gambie pour un bon approvisionnement en eau de ces localités. Au cour de la cérémonie de pose de la première pierre sur le site du «Daaka», le directeur générale de la Sde, Abdoul Ball, a souligné que Médina Gounass accueille, chaque année, des milliers de pèlerins qui sont confrontés à des difficultés dans l’approvisionnement en eau potable et plus particulièrement sur le site de retraite située en dehors des lieux d’habitation. La Sde, entreprise citoyenne, entend, par ce geste, accompagner les autorités de ce pays dans leurs actions de développement du Sénégal et de modernisation des cités religieuses. Auparavant, les chefs religieux, Abdoul Aziz Bâ et Thierno Omar Bâ et le maire de la ville, Seydou Bâ, ont souligné que la Sde a toujours accompagné cet événement. Au nom de ces populations, le maire a aussi magnifié les actes posés par le président Macky Sall depuis son avènement à la tête du pays envers les foyers et chefs religieux. Il a souligné que le problème de l’eau qui se pose avec acuité sera un mauvais souvenir avec ses réalisations entamées.

Le Soleil

Contact rédaction

Tél: 77 468 81 99 / 76 225 07 01
lejournaldedakar@gmail.com