lundi , 20 janvier 2020
Home / A LA UNE / RDC – Seynabou Diouf, policière des Nations Unies 2019 : « Nous avons assisté plus de 600 victimes au Nord-Kivu »

RDC – Seynabou Diouf, policière des Nations Unies 2019 : « Nous avons assisté plus de 600 victimes au Nord-Kivu »

A Bunia (RDC) depuis ce lundi 6 janvier pour une visite de travail de 3 jours avec les ONGs locales de défense des droits des femmes et les responsables de la Police Nationale Congolaise, Seynabou Diouf a fait un plaidoyer contre toutes formes de violences sexuelles.

Dans la capitale provinciale de l’Ituri, la Lauréate du Prix de la Policière des Nations Unies pour l’année 2019 a dit l’urgence qu’il y a à dénoncer toutes formes de violences et surtout, celle exercée par le personnel des Nations Unies.

Stratégies communes de lutte

La Commissaire de Police sénégalaise dirige au sein de la Police Monusco un groupe de travail pour aider à prévenir et combattre l’exploitation et les abus sexuels à Goma, dans le Nord-Kivu. Elle a ainsi rencontré des organismes chargés de cette lutte tels que l’antenne locale de l’ONG SOFEPADI (Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral), l’Escadron de la Protection des Enfants et de la Prévention des Violences sexuelles de la Police nationale congolaise, ou encore de femmes déplacées.

Elle a plaidé pour la mise en place de stratégies communes de lutte. Les responsables de la Police congolaise en Ituri ont aussitôt instruit leurs éléments de mettre en place et dans les meilleurs délais une telle structure.

La non moins responsable du Réseau des femmes de la Police de la Monusco d’ajouter : « les combattants sont peut-être vos enfants, vos frères, vos maris… Parlez-leur pour qu’ils déposent les armes et une fois la paix revenus, dans vos milieux respectifs, mettez-vous en Associations, vous pourrez bénéficier de l’aide, dont celle de la Police Monusco, pour votre autonomisation ».

« On vient d’avoir un nouveau mandat à travers la Résolution 2502, qui nous dit de continuer dans la même lancée. (…) Faire mieux, c’est toucher les zones qui n’étaient pas touchées par nos soutiens. C’est aussi faire la même chose qu’on avait faite à Rutshuru, Goma, Kibati… ici en Ituri ; nous avons assisté plus de 600 victimes au Nord-Kivu en leur donnant du matériel agricole, des semences, des machines à coudre, du matériel de première nécessité pour l’apprentissage de la couture, de la fabrication de savon… et un même un fonds par Associations. On peut faire la même chose ici, mais il faudrait d’abord qu’il y ait la paix ; c’est pourquoi on a appelé les femmes à s’impliquer plus dans la recherche de la paix », explique Seynabou Diouf.

En 2018 et 2019, aucune allégation d’abus et d’exploitation sexuels n’a été rapportée à l’encontre de la police de la MONUSCO.

Pour rappel, celle qui capitalise plus de 30 ans d’expérience à la Police nationale, a été récompensée pour son service au sein de la Monusco parmi 30 candidates (sur 1400 policières) issues de 8 Missions de maintien de la Paix de l’ONU.

Créé en 2011, ce Prix a pour but d’honorer la contribution exceptionnelle des femmes officiers de police aux Opérations de Paix des Nations Unies ainsi qu’à l’autonomisation des femmes.

Regarder aussi

Thierno Bocoum : “Le régime est en marge des règles élémentaires d’une démocratie”

Le président du Mouvement AGIR voit à travers l’arrestation des membres de Noo Lank, hier, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *