dimanche , 8 décembre 2019
Home / A LA UNE / Afrique subsaharienne : Novartis annonce des traitements innovants à plus de patients

Afrique subsaharienne : Novartis annonce des traitements innovants à plus de patients

L’Afrique supporte un quart du fardeau mondial des maladies, mais seuls 3% des professionnels de la santé dans le monde sont basés sur ce continent.

Par ailleurs, moins de 1% des dépenses de santé mondiales sont réalisées en Afrique.

Novartis a annoncé mercredi une nouvelle stratégie visant à élargir l’accès des patients et la disponibilité de sa gamme de médicaments en Afrique subsaharienne, qui regroupe la plus vaste population au monde de patients mal desservis.

Le groupe souhaite également être le partenaire de choix des gouvernements et des ONG pour renforcer les systèmes de santé dans toute l’Afrique.

« Nous sommes profondément engagés à améliorer l’accès aux médicaments à travers le monde, explique Vas Narasimhan, CEO de Novartis. Sur la base de nos efforts de longue date pour améliorer la santé en Afrique, y compris dans le domaine du paludisme et de la drépanocytose, nous adoptons une approche globale pour garantir aux patients d’Afrique subsaharienne, quels que soient leurs revenus, l’accès à nos médicaments. »

Les systèmes de santé doivent souvent recourir aux ONG et à des donneurs extérieurs pour financer et fournir des services à la plus vaste population au monde de patients mal desservis1.

Dans le cadre de la nouvelle stratégie, Novartis mettra l’accent non plus sur des indicateurs financiers tels que la performance commerciale et les bénéfices, actuellement au cœur de l’organisation en Afrique subsaharienne, mais sur des indicateurs qui encouragent l’accès aux traitements innovants et le renforcement des systèmes de santé dans la région.

Une nouvelle unité organisationnelle rassemblera l’expertise et la gamme de produits de notre division Sandoz, de nos unités opérationnelles Novartis Pharmaceuticals et Oncology qui constituent notre division Innovative Medicines, ainsi que de Novartis Social Business. Racey Muchilwa, nommée Head of Global Health SSA (Afrique subsaharienne), apportera ses solides connaissances des systèmes de santé et des besoins des patients dans la région.

L’unité Afrique subsaharienne vise à améliorer l’accès des patients, sur l’ensemble de la pyramide de revenus, en se concentrant sur des modèles de prix différenciés, la compétitivité des offres, le déploiement de modèles d’entreprise sociales, ainsi que sur des stratégies visant à rendre les médicaments abordables.

Novartis cherchera également à augmenter ses capacités en matière d’essais cliniques et à accélérer les processus réglementaires et administratifs dans la région, afin de réduire les délais entre le développement, l’approbation et, finalement, l’accès aux nouveaux traitements pour les patients en Afrique subsaharienne.

« Je suis honorée de diriger cette équipe talentueuse pour mettre en œuvre notre nouvelle stratégie. Notre objectif est de devenir le principal partenaire dans le secteur de la santé en Afrique subsaharienne et de coopérer avec les ONG et les gouvernements pour renforcer les systèmes de santé. Nous avons l’intention d’exploiter le potentiel des nouvelles technologies et du numérique pour augmenter notre impact sur la santé de la population d’Afrique subsaharienne, qui devrait doubler pour atteindre 2,2 milliards en 2050 », a réagi Racey Muchilwa, Head of Global Health SSA.  

Novartis s’engage depuis longtemps pour aider à améliorer la santé des populations en Afrique. L’entreprise est active dans le domaine des maladies transmissibles, comme le paludisme et la lèpre, ainsi que des maladies non transmissibles telles que la drépanocytose, les maladies cardiovasculaires et le cancer.

La société a distribué, sans réaliser de bénéfices, près de 900 millions de traitements contre le paludisme à des patients dans des pays où la maladie est endémique, y compris plus de 380 millions de doses de notre formule pédiatrique.

Elle est également un pionnier dans la recherche et le développement clinique, en utilisant des molécules biologiques innovantes et en implémentant de nouvelles technologies pour faire bénéficier la région d’innovations de pointe. Récemment, l’entreprise a annoncé un vaste partenariat public-privé avec le gouvernement du Ghana pour lutter contre la drépanocytose, notamment par l’accès aux traitements disponibles, aux recherches cliniques et à l’utilisation de technologies numériques pour répondre aux normes mondiales en termes de soins.

Regarder aussi

Le gouvernement invoque des « difficultés » d’application de la loi sur la baisse des loyers

Le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdou Karim Fofana, a invoqué …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *