dimanche , 8 décembre 2019
Home / A LA UNE / Afrique de l’Ouest : la BEI étend les avantages de l’assurance-investissement et de l’assurance du commerce

Afrique de l’Ouest : la BEI étend les avantages de l’assurance-investissement et de l’assurance du commerce

La Banque européenne d’investissement (BEI) a officiellement accepté de soutenir l’élargissement de l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique (ACA) par le biais d’un mécanisme de financement concessionnel destiné à couvrir les prises de participation de trois membres potentiels, le Cameroun, le Niger et le Togo.

Ladite institution soutient pour la première fois l’élargissement de l’ACA. La mobilisation d’une assurance-investissement supplémentaire devrait contribuer à la mutation des investissements publics et privés dans ces pays.

L’assurance-investissement couvre l’ensemble des risques politiques et de crédit, tant pour les opérations souveraines que pour les investissements d’entreprises.

L’accord avec l’ACA visant à permettre à la BEI de financer l’adhésion de pays a été signé à l’occasion de l’Africa Investment Forum à Johannesburg par Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI, et John Lentaigne, président-directeur général par intérim de l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique.

« La signature de ce jour marque une étape importante dans le soutien qu’apporte la Banque européenne d’investissement au secteur privé et au développement d’infrastructures durables en Afrique. Les accords conclus aujourd’hui à Johannesburg permettront à des pays d’Afrique de l’Ouest de bénéficier pleinement de l’adhésion à l’ACA et d’un accroissement des investissements dans des secteurs tels que l’agriculture, l’énergie, la production manufacturière et la santé. La BEI, en tant que banque de l’UE, s’est engagée à contribuer à l’accélération du développement durable sur l’ensemble du continent africain. Cette nouvelle coopération renforcera l’impact de l’assurance-investissement, essentielle au développement durable en Afrique de l’Ouest », a souligné Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI.

« En tant qu’institution africaine, l’ACA a pour objectif stratégique de réduire les risques dans ses pays membres afin d’attirer les investissements et de promouvoir la croissance. L’engagement de la Banque européenne d’investissement en faveur de l’élargissement de l’ACA en Afrique de l’Ouest contribuera à faire en sorte que les économies des pays candidats réalisent leur plein potentiel et bénéficient aussi du succès lié à l’adhésion à l’Agence que l’on observe dans tant d’autres pays africains », a dit John Lentaigne, président-directeur général par intérim de l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique.

L’institution de financement à long terme de l’Union européenne financera une prise de participation au capital qui permettra à trois pays d’accéder aux mécanismes de garantie et d’assurance fournis par l’ACA. L’adhésion à part entière à l’ACA devrait suivre au cours des prochains mois.

L’assurance-investissement, la clé du développement durable

L’adhésion à l’ACA permettra à des projets sous-jacents d’être bancables et d’attirer de nouveaux investisseurs pour des projets d’infrastructures stratégiques et du secteur privé.

L’accord est un pas déterminant vers l’intensification des investissements privés et le développement économique durable en Afrique de l’Ouest. Il contribuera à stimuler la croissance dans des secteurs économiques clés, à renforcer la diversification économique et à favoriser une croissance plus stable et durable.

Respect des normes environnementales et sociales internationales

Une fois que ces pays seront membres à part entière de l’ACA, les investisseurs disposeront de toute une gamme de produits d’assurance-investissement susceptibles de les protéger en cas de non-paiement dans le cadre d’opérations souveraines ou avec des entreprises.

L’adhésion à l’ACA a déjà aidé d’autres pays d’Afrique à réduire les coûts des emprunts souverains. L’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique assure actuellement un portefeuille d’opérations en cours d’un montant de 6 milliards d’USD dans toute l’Afrique.

L’accord fera également en sorte que les projets respectent les normes techniques, environnementales et sociales internationales, ce qui rassurera encore davantage les investisseurs internationaux.

Regarder aussi

Le gouvernement invoque des « difficultés » d’application de la loi sur la baisse des loyers

Le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdou Karim Fofana, a invoqué …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *