dimanche , 8 décembre 2019
Home / A LA UNE / Facebook étend son programme de Fact-checking en Afrique Subsaharienne

Facebook étend son programme de Fact-checking en Afrique Subsaharienne

Facebook a annoncé ce mardi 8 octobre l’extension de son programme de vérification des faits par des organismes tiers (Third-Party Fact-Checking) à dix nouveaux pays d’Afrique subsaharienne. Dont la République Démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry et le Burkina-Faso.

Ce projet conduit en partenariat avec l’Agence France Presse (AFP), Les Observateurs de France 24, Pesa Check et Dubawa s’inscrit dans le cadre de l’intensification des efforts engagés par la plateforme pour aider à évaluer l’exactitude et la qualité des informations qu’on trouve sur Facebook et réduire la propagation des fausses nouvelles.

Ces pays rejoignent l’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigeria, le Cameroun et le Sénégal, déjà bénéficiaires du programme de la plateforme via l’organisation Africa Check.

« L’élargissement de notre programme de vérification des faits par des organismes tiers à 15 pays d’Afrique en un peu plus d’un an, couplé au récent développement du même programme dans les langues locales africaines, témoigne de notre engagement envers le continent. Agir pour contribuer à la lutte contre les fausses nouvelles sur Facebook est une responsabilité que nous prenons au sérieux. Nous avons bien conscience que la désinformation est un problème, et ce sont là des étapes importantes pour continuer à s’attaquer à ce défi. Nous savons que la vérification des faits par une tierce partie n’est pas la seule solution, elle n’est qu’une des nombreuses initiatives dans lesquelles nous investissons pour aider à améliorer la qualité de l’information que les gens voient sur Facebook. Nous avons déjà fait de grands progrès et nous continuerons d’investir pour faire en sorte que Facebook demeure un espace qui accueille toutes les opinions mais pas les fausses informations », réagi à ce propos Kojo Boakye, responsable affaires publiques de Facebook en Afrique sub-saharienne.  

Dès lors qu’un média de vérification aura rédigé un article donnant davantage d’informations sur une actualité, le réseau social le fera apparaître dans les articles connexes sur le fil d’actualité, sous la publication concernée. Les administrateurs de la page recevront également une notification s’ils partagent des actualités qualifiées fausses et les personnes qui ont partagé cette information ou sur le point de le faire seront averties, pour pouvoir décider d’eux-mêmes, en connaissance de cause, de ce qu’ils lisent, partagent et ce à quoi ils se veulent se fier.

Partenaire du programme à travers huit pays, en langues française et anglaise, Phil Chetwynd, rédacteur en chef central de l’AFP de déclarer : « L’AFP se réjouit d’élargir avec Facebook son projet de vérification des faits. Nous sommes connus pour la grande qualité de notre journalisme à travers l’Afrique et nous allons mettre à profit notre réseau inégalé de bureaux et de journalistes sur le continent pour lutter contre la désinformation. »

Regarder aussi

Vidéo-Mamadou Lamine Diallo : « Macky Sall meunoul dara, nek di terrorisé nite yi »

Le leader du mouvement Tekki estime que le président Macky Sall n’a aucune vision pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *