lundi 19 novembre 2018

Une attaque jihadiste contre un lieu de villégiature proche de Bamako fréquenté par des étrangers a fait deux morts dimanche, dont une Franco-Gabonaise, mais une trentaine d'otages ont été libérés lors de ce premier attentat anti-occidental depuis 2016 dans la capitale malienne.

Le ratissage se poursuivait dans la soirée dans les environs pour retrouver les assaillants, dont le nombre n'a pas été précisé. La cible, le campement Kangaba, un agréable "ecolodge" et site de détente situé à la périphérie de Bamako prisé des expatriés, fondé par un Français, évoque d'autres sites attaqués par les groupes jihadistes du Sahel ces dernières années, notamment la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam (mars 2016, 19 morts, dont huit étrangers).

"C'est une attaque jihadiste. Les forces spéciales maliennes sont intervenues", a déclaré à l'AFP le ministre malien de la Sécurité, Salif Traoré. Elles ont été appuyées dans leur assaut par les militaires de l'opération française antijihadiste Barkhane et de la mission de l'ONU (Minusma). Au moins "32 otages" ont été libérés, a annoncé l'armée malienne dans un communiqué, faisant état d'"un assaillant blessé qui s'est débarrassé de son arme pistolet-mitrailleur".

Il a également laissé derrière lui "des bouteilles contenant des substances explosives", selon le ministère de la Sécurité. Une cliente franco-gabonaise est décédée à l'hôpital, et une autre personne en cours d'identification a été tuée, selon la même source. Parmi les personnes évacuées, dont plusieurs se trouvaient en maillot de bain, certaines ont affirmé que les assaillants avaient crié "Allah akbar" (Dieu est le plus grand).

Un témoin interrogé par la télévision publique ORTM a dit avoir vu arriver un homme à moto qui a ensuite "commencé à tirer sur la foule", puis "deux ou trois personnes" venues avec un autre véhicule. Après avoir ratissé l'établissement "chambre par chambre", les forces de sécurité poursuivaient leur traque des assaillants, selon le ministre de la Sécurité.

Des riverains ont dit à l'AFP avoir entendu dans l'après-midi des coups de feu en provenance du lieu attaqué. Une fumée s'élevait au-dessus du site, a constaté un journaliste de l'AFP.

 

Contact rédaction

Tél: 77 468 81 99 / 76 225 07 01
lejournaldedakar@gmail.com