mardi 21 mai 2019

Les hauts responsables de l'ONU au Burkina Faso, Mali et Niger sont convaincus que l'insécurité et les attaques armées dans le Sahel ont atteint des niveaux sans précédent, appelant à une augmentation de l'aide humanitaire en faveur des millions de personnes affectées par la propagation de la violence.

Dans leur présentation à l'intention des États Membres de l'ONU à Genève, en Suisse, ces coordonnateurs résidents et humanitaires ont dit que les besoins humanitaires avaient dépassé les ressources disponibles, en raison de la violence persistante, avant de souligner le risque de propagation vers les pays côtiers d'Afrique occidentale.

Le nombre d'incidents de sécurité au Burkina Faso, au Mali et dans l'ouest du Niger a fortement augmenté ces derniers mois. Plus de 150 incidents violents ont été enregistrés en avril seulement, faisant plus de 300 morts. La crise touche des familles extrêmement vulnérables. Les besoins au Sahel sont chroniquement élevés et les communautés luttent encore pour se remettre de l'impact de la sécheresse aiguë qui a frappé la région l'année dernière.

« Beaucoup de personnes touchées par la violence étaient déjà confrontées à de graves difficultés. Pour eux, c'est une double catastrophe. La violence aggrave les niveaux élevés d'insécurité alimentaire et de malnutrition, et menace la vie et les moyens de subsistance des civils. Elle renforce également les besoins de protection et met en péril la cohésion sociale », a relayé Mbaranga Gasarabwe, représentante spéciale adjointe du secrétaire général et Coordinatrice résidente et humanitaire des Nations unies au Mali.

330 000 personnes déplacées en un an

En un an seulement, les déplacements internes ont quintuplé, forçant plus de 330 000 personnes à quitter leur foyer, et plus de 100 000 personnes à se réfugier dans un pays voisin.

La violence a gravement touché le secteur de l'éducation et les services de santé. Dans toute la région, plus de 1 800 écoles ont fermé leurs portes - certaines pendant plus de trois années consécutives - et plus de 80 centres de santé sont fermés ou partiellement opérationnels.

« Nous ne pourrions trop insister sur l'urgence de la situation. L'avenir de toute une génération est en jeu », a expliqué de son côté Metsi Makhetha, coordonnatrice résidente des Nations unies au Burkina Faso.

« L'ONU, les organisations humanitaires partenaires et les gouvernements ont intensifié leurs opérations. Mais nous devons faire plus », a-t-il poursuivi.

Besoin de 600 millions de dollars

En 2019, 5,1 millions de personnes au Burkina Faso, au Mali et dans les régions occidentales de Tahoua et Tillaberi au Niger, ont besoin d'aide humanitaire.

Les Nations Unies et leurs partenaires ont ainsi lancé un appel de 600 millions de dollars pour venir en aide aux 3,7 millions de personnes les plus durement touchées. Un quart de l’année s’est déjà écoulée et le financement moyen n'est toujours que de 19 %.

« Nous devons agir maintenant et vite. Et nous devons aussi agir sur le long terme. Des efforts de secours soutenus, ainsi qu’un développement économique et social sont essentiels. Au Sahel, la violence est aussi enracinée dans un sentiment de marginalisation et de privation des droits », a prévenu Fatou Bintou Djibo, coordinatrice résidente et humanitaire des Nations Unies au Niger.

Contact rédaction

François DIOUF : Administrateur 

Tel : +221 77 571 76 58 - Mail : dfrancois86@yahoo.fr