vendredi 26 avril 2019

Ça a chauffé entre Alpha Condé et Mankeur Ndiaye en marge de la cérémonie d’ouverture du 29ème sommet de l’UA.

A l’origine du clash, il y aurait l’annonce selon laquelle le Nouveau partenariat pour le développement en Afrique (NEPAD) allait passer sous tutelle de la Commission de l’UA.

En réalité, Macky Sall assumant la présidence du comité d’orientation du NEPAD, le Sénégal n’a pas apprécié cette annonce qui serait en sa défaveur.

Et pour justifier la position de notre pays à ce sujet, Mankeur Ndiaye y est allé hier avec une dose de provocation.

« Macky Sall fait actuellement son deuxième mandat à la tête du NEPAD et s’il s’oppose à la réforme proposée, ce n’est pas parce qu’il brigue un troisième mandat, c’est pour une question de principe. Au Sénégal, on n’aime pas les troisièmes mandats », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.


Une déclaration qui n’a pas été du goût du président Condé.

Pour qui connait ce que la notion de « troisième mandat » signifie dans le contexte actuel en Guinée, on aura compris l’allusion.

Prenant la parole à son tour, le « Professeur » Alpha Condé a décrypté le message en répondant sans détours : « On n’a pas à recevoir de leçons de quiconque ».

Du côté de Conakry, il se dit que le président guinéen manœuvre actuellement pour briguer un troisième mandat alors qu’il n’en a pas droit. Ceci explique cela.

Un professeur turc de Yawuz Selim a été cueilli par la Division des investigations criminelles (DIC) à l’ambassade des Etats-Unis à Dakar. Ce, en exécution d’un mandat d’arrêt international émis par le Kosovo et transmis à toutes les polices du monde par Interpol.


Il y a de cela quelques jours, l’enseignant de nationalité turque s’était rendu à l’ambassade des Etats-Unis sise aux Almadies pour des formalités.

C’est au moment de procéder aux enregistrements que les Américains ont découvert qu’il était visé par un avis international de recherche émis par Interpol, la police des polices, suite à un mandat d’arrêt international lancé par le Kosovo.


Le Bureau national de Interpol logé à la DIC a été informé avant qu’une équipe d’éléments du fameux Groupement d’interpellation et de recherches (GIR) ne soit dépêchée dans la représentation diplomatique où on avait demandé à l’individu de patienter.

En deux, trois mouvements, il a été cueilli et conduit à la Rue Carde, siège de la DIC.


Les responsables de Yawuz Selim qui ont été informés de cette arrestation ont crû dans un premier temps qu’il s’agissait d’un enlèvement perpétré sur le sol sénégalais par le régime criminel de Erdogan avant d’apprendre que le professeur en question a été arrêté pour des faits délictueux commis au Kosovo où il a été même condamné par contumace.


Dans tous les cas, le professeur a été placé sous mandat de dépôt à la prison de Rebeuss le temps que le Procureur général statue sur la demande d’extradition introduite par le Kosovo qui réclame à Dakar le « colis ».


Source: Libération

Ingénieux mais malchanceux. Un citoyen gambien qui était en partance pour le Maroc via la Mauritanie a été récemment arrêté à Rosso Sénégal par les forces de l’ordres.

Aliou Sidibé avait présenté aux agents du poste de police frontalier spécial de Rosso un faux passeport sénégalais.

Comptant tromper la vigilance des limiers pour rejoindre le territoire mauritanien situé de l’autre rive du fleuve Sénégal, il a été démasqué par les limiers qui ont vite décelé la fausseté du document de voyage.

Arrêté pour les besoins de l’enquête, il a été mis à la disposition du commissariat urbain de Saint-Louis.

Pendant son audition par les hommes du commissaire Bécaye Diarra, il a avoué le caractère faux du passeport.

Face aux enquêteurs, il a révélé que le document lui vient d’un réseau de faussaires sénégalais établis à Dakar.

Mieux encore, il a livré les noms de ses complices qui sont bien connu des services de renseignements.

Pour démanteler ledit réseau, le mis en cause dont le vrai nom est Alieu (lisez Aliou) Sidibey a été acheminé à Dakar et mis à la disposition de la Division des investigations criminelles qui va poursuivre l’enquête.

 

Un camion frigorifique qui roulait à vive allure a mortellement percuté un jeune talibé, Mor Gaye, qui traversait la route.

Le jeune talibé est mort sur le coup. Les faits se sont déroulés le 25 juin dernier au quartier Gokhou Mbathie de Saint-Louis.

Les hommes du commissaire Bécaye Diarra ont fait le constat d’usage et mis aux arrêts le camionneur qui était un «siroumane» (chauffeur suppléant) du nom de Alioune Ndiaye. Il a été déféré au parquet de Saint-Louis le 27 juin dernier pour homicide involontaire.

Contact rédaction

Tél: 77 468 81 99 / 76 225 07 01
lejournaldedakar@gmail.com