samedi 23 mars 2019

2011-2017 ! Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Et ça, le quotidien EnQuête l’a démontré.
En 6 ans, le journal s’est imposé de fort belle manière dans le paysage médiatique sénégalais.
Ce lundi 10 juillet 2017, une date mise à profit pour distribuer gratuitement une édition spéciale de 24 pages, riche en reportages et portraits.
Malgré la chaleur, le personnel du journal de Mamadou Wone, des reporters aux chauffeurs en passant par les membres de l’administration, a occupé les artères de la capitale, dans la peau de vendeurs.
 
 

L’ancien Président de la République et tête de liste de la Coalition gagnante pour les législatives a accusé Macky Sall d’avoir supplié l’émir du Qatar afin que ce dernier « récupère » Karim Wade qui commençait à devenir une vraie patate chaude pour le régime.

À la suite de ces déclarations, c’est le ministre-conseiller en charge de la Communication El Hadji Kassé, qui est monté au créneau dans le journal ‘’L’Observateur’’ pour déclarer : «Non seulement c’est de la spéculation, mais aussi le candidat Wade sait parfaitement ce qui s’est passé. Il sait ce qu’il a demandé à l’Emir du Qatar et il sait le contenu de la lettre que l’Emir a envoyée au Président Macky Sall. Maintenant, s’il persiste dans l’intoxication, nous allons publier la lettre dans sa version arabe et dans sa traduction en français. Comme ça, toute l’opinion saura ce qui s’est passé.»

Mais que s’est-il passé au juste ? Cette lettre évoquée par le chargé de la Communication de la Présidence est-elle réelle ? Libération qui a enquêté sur le sujet a pu effectivement mettre la main sur cette missive qui porte la signature de Sheikh Tamin ben Hamad Al Thani.

Dans la lettre en question, l’émir indique après les formules d’usage et un petit rappel qu’il vient auprès de Macky Sall solliciter, « au nom de la famille Wade », la grâce pour Karim Wade. Et ce « pour des raisons humanitaires » que l’émir évoque en quelques lignes (...).


Les arguments développés par l’émir ont touché au vif Macky Sall qui a accordé la grâce à Karim Wade par décret en date du 24 juin. Auparavant Sheikh Al Thani s’était engagé, via le Procureur du Qatar qu’il avait dépêché à Dakar, à mettre en œuvre les moyens devant permettre de « loger » Karim Wade a Doha une fois qu’il sortirait de prison.


Avant l’émir du Qatar, Alassane Ouattara et Denis Sassou Nguesso avaient fait la même demande auprès du Chef de l’Etat qui leur avait diplomatiquement indiqué à l’époque que le dossier était encore pendant devant les juridictions sénégalaises.

Libération

 

 

Contact rédaction

Tél: 77 468 81 99 / 76 225 07 01
lejournaldedakar@gmail.com