add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India

Mastercard renforce son engagement face à la Covid-19

Les conséquences sanitaires et économiques provoquées par la COVID-19 ont mis en évidence le besoin criant de venir en aide aux populations vulnérables, dont beaucoup sont touchées de manière disproportionnée. Face à la crise mondiale actuelle, Mastercard a renforcé son engagement international en faveur de l’inclusion financière, annonçant son intention de faire participer un milliard de personnes et 50 millions de micro et petites entreprises à l’économie numérique d’ici à 2025.

Cette initiative portera principalement sur le développement de 25 millions de femmes entrepreneures, en leur proposant des solutions qui les aideront à développer leurs activités.

Cette prorogation de l’engagement s’appuie sur les efforts continus de Mastercard pour relever les défis sanitaires et économiques liés à la COVID-19 auxquels sont confrontés les citoyens du monde entier, y compris ceux originaires d’Afrique subsaharienne.                                                                                                            

Au cours des réunions tenues au printemps 2015 par le Fonds monétaire international et le groupe de la Banque mondiale, Mastercard s’est engagé à faire entrer 500 millions de personnes marginalisées dans le système financier.  Elle a atteint cet objectif grâce à plus de 350 programmes innovants répartis dans 80 pays. 

« L’inclusion financière continue d’être indispensable pour exploiter le potentiel de l’Afrique subsaharienne et jouera un rôle déterminant dans le soutien que nous apportons aux gouvernements pour favoriser une reprise économique durable à long terme. Les transactions numériques sont à la fois sûres et efficaces, et rendre ces transactions accessibles au plus grand nombre possible est un élément important pour aider les groupes les plus vulnérables de la population à faire face à la situation actuelle. Pour l’instant, nous nous concentrons — au-delà de la philanthropie — à poursuivre sans relâche une collaboration avec les gouvernements et les partenaires du secteur privé sur des solutions sûres, viables et, surtout, ayant un impact social pour les communautés de toute la région », a dit Raghav Prasad, président de la division de Mastercard pour l’Afrique subsaharienne.

Le Mastercard Lab pour l’inclusion financière (www.Mastercard.us) – le premier laboratoire dédié à l’inclusion financière de l’entreprise technologique – s’est engagé à autonomiser des millions d’Africains par le biais de partenariats public-privé et de l’innovation de solutions technologiques pertinentes au niveau local. Une de ces solutions est le Mastercard Farmer Network, une plateforme mobile qui permet de faciliter l’accès au marché, d’accroître la transparence des prix et de numériser les paiements pour mettre en relation les petits agriculteurs kenyans, ougandais et tanzaniens.

L’Afrique de l’Est bénéficie également des services de Kasha, une plateforme de commerce électronique optimisée pour la santé et les soins personnels des femmes. Elle assure un service confidentiel et pratique, permet de passer des commandes numériques en ligne/hors-ligne et de les livrer dans les zones urbaines et rurales à faible revenu. En Ouganda, Mastercard a lancé Kupaa en partenariat avec l’UNICEF Ouganda et le ministère de l’Éducation du pays. Il permet aux parents et aux personnes qui s’occupent des enfants de s’acquitter des frais de scolarité et autres dépenses scolaires avec leur téléphone portable en toute sécurité, facilement, et par petits versements lorsqu’ils en ont la possibilité, ce qui allège le fardeau des paiements forfaitaires.

Mastercard a également renforcé son partenariat avec Unilever pour créer Jaza Duka (remplissez votre magasin), un programme numérique destiné aux micro-marchands kenyans, avec plus de 18 000 propriétaires Duka déjà répertoriés. Le programme délivre une recommandation d’éligibilité au micro-crédit à la Kenya Commercial Bank (KCB), qui peut alors évaluer la solvabilité d’un détaillant et lui accorder un crédit pour son approvisionnement en marchandises.

Les efforts complémentaires englobent le maintien des solutions de décaissement du gouvernement, la numérisation des salaires des travailleurs du secteur privé, les solutions pour les travailleurs du secteur du spectacle, les efforts d’expansion avec les fintechs, les plateformes numériques et les portefeuilles/applications numériques, les solutions répondant aux besoins des personnes financièrement vulnérables et l’expansion des programmes CityKey et Community Pass.

Cette annonce vient s’ajouter aux efforts continus de Mastercard pour soutenir une reprise inclusive en tirant parti de la technologie, des capacités et de la portée de l’entreprise.

Au cours des premières semaines de la crise sanitaire planétaire, Mastercard a alloué un financement de démarrage pouvant atteindre 25 millions de dollars pour mettre en place l’accélérateur de traitement de la COVID-19 (www.TherapeuticsAccelerator.org), en partenariat avec la fondation Bill & Melinda Gates, Wellcome, l’initiative Chan Zuckerberg et d’autres organismes, afin de lutter plus rapidement contre l’épidémie liée à la COVID-19 en découvrant, en développant et en intensifiant les traitements en vue de leur déploiement dans le monde entier.

Mastercard a engagé 250 millions de dollars pour soutenir, au cours des cinq prochaines années, les petites entreprises sur de nombreux marchés où elle est implantée, en apportant un soutien financier, technologique, de produits et de services, afin de soutenir la vitalité des entreprises et la sécurité financière de leurs travailleurs.

Mastercard mobilise son réseau pour fournir un soutien aux gouvernements du monde entier dans toute une série de domaines. Cette aide consiste notamment à fournir des données permettant d’informer les décideurs politiques sur l’impact économique de la pandémie, à accroître la rapidité et l’efficacité des versements d’aide aux communautés et aux segments d’entreprises qui en ont le plus besoin, à développer des plateformes de dons pour permettre la collecte de fonds d’urgence et à travailler avec les gouvernements pour aider les propriétaires d’entreprises et les consommateurs à évaluer leur cyber vulnérabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *