add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India & developed by Bijo John : freelance website development, web designer

Un prêtre italien de 72 ans meurt après avoir cédé son respirateur à un patient plus jeune

Un sacrifice qui émeut et bouleverse toute l’Italie. Infecté par le coronavirus, le père Giuseppe Berardelli, 72 ans, a préféré laisser son assistance respiratoire à un jeune homme pour lui sauver la vie.

Visage rond, regard bienveillant et sourire chaleureux, l’ecclésiastique, aimé et respecté, vivait et officiait dans la commune de Casnigo, près de Bergame, une région durement frappée par l’épidémie de SARS-CoV-2.

Lui-même contaminé par le coronavirus, Giuseppe Berardelli avait fini par développer une forme grave de la maladie pulmonaire Covid-19.

Alors que tous les hôpitaux de la région italienne de Lombardie sont saturés et ne peuvent plus faire face à l’afflux des malades, les médias italiens indiquent que les paroissiens du père Berardelli s’étaient cotisés afin de lui acheter un respirateur.

Mais le prêtre a décidé, avant de perdre conscience, de céder cette assistance respiratoire a un homme plus jeune, alors même qu’elle aurait pu lui donner une chance de rester en vie.

« Un martyr de la charité »

« Don Giuseppe s’est éteint en tant que prêtre. Et je suis profondément ému », a témoigné auprès du quotidien italien TGCOM24 un membre du personnel de santé de l’hôpital où était soigné l’homme d’Eglise.

Pour le père James Martin, membre de la Compagnie de Jésus, et rédacteur en chef d’America, une revue jésuite américaine, par ce geste le père Berardelli, est devenu « un martyr de la charité ».

Son sacrifice, a-t-il dit, rappelle l’histoire du prêtre polonais Maximilien Kolbe, canonisé par Jean-Paul II en 1982. Déporté à Auschwitz, il est mort en août 1941, après s’être porté volontaire pour mourir à la place d’un père de famille, Franciszek Gajowniczek.

Pour le père James Martin, membre de la Compagnie de Jésus, et rédacteur en chef d’America, une revue jésuite américaine, par ce geste le père Berardelli, est devenu « un martyr de la charité ».

Son sacrifice, a-t-il dit, rappelle l’histoire du prêtre polonais Maximilien Kolbe, canonisé par Jean-Paul II en 1982. Déporté à Auschwitz, il est mort en août 1941, après s’être porté volontaire pour mourir à la place d’un père de famille, Franciszek Gajowniczek.

Dans un tweet, le père James Martin a indiqué que, dans ce contexte, « Giuseppe Berardelli peut être considéré comme le patron de ceux qui souffrent du coronavirus et de tous ceux qui prennent soin des malades ».

À la date du 24 mars, on recensait en Italie au moins 30 prêtres morts à cause de la pandémie de SARS-CoV-2. Parmi eux, au moins 16 sont originaires du seul diocèse de Bergame.

À ces hommes qui luttent auprès des malades, s’ajoutent des centaines de religieuses qui, partout sur la péninsule, s’occupent des plus pauvres ou viennent en aide aux familles des personnes touchées par la maladie, alors même que beaucoup d’entre elles sont déjà malades.

Seneweb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *