add share buttonsSoftshare button powered by web designing, website development company in India & developed by Bijo John : freelance website development, web designer

Décharge de Mbeubeuss : les mesures conservatoires de l’Etat

A l’issue d’une visite au niveau de la décharge de Mbeubeuss et environs, ce jeudi 9 janvier, le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique a pris les mesures conservatoires suivantes : « installer un poste de police et un dispensaire pour la sécurisation du périmètre de la décharge en relation avec le ministère de l’Intérieur et prendre en charge les questions de santé ; installer un dispensaire sur le site de Mbeubeuss ; interdire le travail des enfants dans la décharge ; interdire la mise en feu des déchets et des pneus sur le site. Nous leur donnons rendez vous d’ici là fin du mois pour réceptionner ces différentes infrastructures inchallah. »

Abdou Karim Fofana a dû s’imprégner des maux que vivent les occupants d’un site existant depuis 1969 sous Senghor, selon le Diaraf Matar Diop de Keur Massar, à l’issue d’un transfert de l’ancienne décharge de Yarakh.

Interdire le travail des enfants

« Nous avons pu noter la difficulté des personnes qui vivent aux environs du site à cause de la fumée qui est à l’origine des problèmes de santé et particulièrement ceux respiratoires. Nous avons traversé les 7 quartiers qui composent la décharge (Darou, Abor, Baol, etc.) pour arriver à la zone actuelle de dépotage qui s’appelle Yemen », dit-il.

Avant d’ajouter : « Il y a aussi les récupérateurs qui vivent de cette activité et qui ont peur de perdre leurs revenus si la décharge est déplacée. Nous avons écouté les différents acteurs et surtout le mouvement « Mbeubeuss dégage » qui est très engagé pour le cadre de vie de leur communauté. Cependant, rien ne saurait justifier la mise en feu des pneus et de certains déchets afin d’en tirer de la ferraille et en même temps enfumer les habitants et agresser la santé de nos compatriotes. Rien ne saurait justifier l’absence de service de sécurité sur le site afin d’éviter les batailles entre bandes et surtout le travail des enfants. Nous avons instruit le préfet de Pikine de prendre un arrêté pour interdire ce phénomène. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *